Quand on aime on ne compte pas…

Chacun se souvient, sans doute, d’une fête, d’un événement où l’on a vu quelqu’un offrir, partager, donner de manière généreuse, très généreuse, au point parfois de provoquer presqu’un malaise. Quand on aime, on ne compte pas…

Chacun de nous, il nous arrive parfois, d’avoir également tellement envie de donner, comme pour combler et dire à l’autre l’affection, l’amour… Quand on aime, on ne compte pas…

Chacun nous avons en tête le nom d’un militant associatif, d’une militante de quelque noble cause, des parents d’enfants handicapés par exemple, qui, non seulement assument un quotidien difficile mais s’engagent, donnent leur temps, leur énergie, leur argent même, pour faire avancer le combat qu’ils entendent mener… Ils s’y fatiguent, s’y épuisent, parfois… Quand on aime on ne compte pas!

Cet engagement, ce don de soi sans compter a marqué, pendant plus d’un demi-siècle, la vie associative du secteur culturel, social et médico-social. On a vu ainsi se construire des réponses variées, parfois modestes, souvent pertinentes, aux problèmes et difficultés rencontrés par tels ou tels de nos concitoyens quel que soit leur âge, leurs difficultés, leurs handicaps.

Quand on aime on ne compte pas, alors le don de soi a été à la base de l’engagement associatif et souvent de l’engagement professionnel. On se souvient d’une période récente où l’on acceptait volontiers une dimension vocationnelle à l’exercice de certains métiers dans le domaine du soin, de la santé, de l’éducation, de l’enseignement… On ne comptait alors ni le temps de travail, ni l’énergie, ni la fatigue, ni l’argent… D’ailleurs on en gagnait si peu d’argent, on en avait si peu, que le compter n’aurait pas pris beaucoup de temps…

Les choses ont bien changé sans doute! Non que l’on ait beaucoup d’argent quand il s’agit d’enseignement, de soin, de culture, d’éducation, d’action sociale, mais la logique gestionnaire et comptable s’est subrepticement infiltrée partout et s’est peu à peu imposée comme logique structurante de tout projet, de toute initiative et réalisation dans tous ces domaines d’activités qui, jusqu’alors, s’étaient structurés sur des valeurs altruistes de don et de dévouement, tellement étrangères aux démarches normalisées de gestion comptable.

Cette logique comptable, pourtant, logique ultra libérale qui nous fait compter et croire que tout se gère, que tout peut être réduit à un investissement, une dépense, un coût, un profit, une perte, une économie…

Le monde associatif en intégrant, bien plus que nécessaire sans doute, le modèle de l’entreprise, de sa gestion et de son management à préparé et prépare, anticipe même l’arrivée du lucratif dans tous ces domaines où, justement, il n’est pas moralement acceptable de faire du lucre, du profit! On pourra toujours mettre en place des « comités d’éthique » pour « gérer » les situations préoccupantes ou problématiques ou… Il y a longtemps que l’éthique ici n’est plus qu’une « éthiquette » tout juste destinée à masquer ce qu’il convient de ne pas regarder.

Est-ce à dire alors que quand on compte on n’aime pas? Sujet scabreux, bien sûr, car les comptables eux aussi ont un cœur et comptent parfois à contre cœur…

Et puis on ne manquera pas de nous rappeler la nécessaire attention aux finances publiques, les économies attendues sur les budgets des associations, des établissements et des services, etc. Bien-sûr que la gestion rigoureuse est gage de sérieux et que personne ne chercherait à légitimer quelque gaspillage ou gabegie que ce soit. Bien sûr, mais ce n’est pas cela qui est en question. Ce qu’il s’agit d’interroger ici ce sont ces situations de plus en plus nombreuses où la logique comptable vient interdire de penser une action culturelle, éducative, sociale ou médico-sociale au service des plus vulnérables de nos contemporains. Ne plus penser, au mieux dé-penser et encore… Le moins possible!

Décidément quand on compte… Il se pourrait bien que l’on n’aime pas beaucoup !

 

Michel Billé.

 

 

 

Une réflexion au sujet de « Quand on aime on ne compte pas… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s