Archives du mot-clé retraite

Stop à la ghettoïsation des vieux en France: ce qui n’est pas dit

 

Un article du Point, en date du 17/5/2018 « Stop à la ghettoïsation des vieux en France » s’inspire du 128e avis du Comité d’éthique pour dénoncer la façon dont sont prises en charge les personnes âgées dépendantes et traités les aidants, professionnels ou familiaux.

« Le grand âge s’accompagne souvent de mise à l’écart, de prise en charge inadaptée, d’une souffrance des personnes concernées et de leurs accompagnants. Le problème est à la fois social, médical, économique, éthique et politique », a déclaré le professeur Jean-François Delfraissy, président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), en présentant à la presse les conclusions de l’avis 128 intitulé « Enjeux éthiques du vieillissement : des pistes pour l’action ».

Pour le professeur Régis Aubry (médecin spécialiste des soins palliatifs et l’un des rapporteurs de ce travail), « les trois quarts d’entre elles n’ont pas choisi d’aller en institution, elles regrettent de vivre entre vieux, et 40 % sont dépressives. » Et elles paient souvent cher un mode de vie qui leur déplaît.

Le CCNE appelle les politiques à favoriser et à diversifier les alternatives à l’Ehpad, voire à penser l’Ehpad hors de l’Ehpad : cela pourrait se traduire par l’intégration de ces établissements dans les constructions nouvelles à usage d’habitation, comme cela se fait déjà pour les logements sociaux, l’encouragement au développement de l’habitat intergénérationnel ou encore d’habitations autogérées par les personnes âgées elles-mêmes, comme dans d’autres pays. La philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury ajoute la possibilité de créer des ateliers d’artistes. Seconde rapporteuse de cet avis, elle estime que « l’autonomie est la capacité de décider » et que « la surmédicalisation renforce la dépendance ».

Finalement, c’est tout le système de santé français qui mériterait d’être repensé aujourd’hui, estime le CCNE. Il prône une réforme profonde de la formation des acteurs du soin, en leur assurant en particulier une meilleure valorisation de leur activité. Le personnel soignant devrait pouvoir mieux prendre en considération la singularité et la vulnérabilité de chaque patient, et donc adapter les traitements

Pour ma part, en 1997, lors de mon entrée en situation de retraite je me suis demandé pourquoi et comment j’allais vivre les quarante années que je pouvais encore espérer avant d’être, peut-être, vieux !

 

Ce qui n’apparaît pas…

Ce qui est terrible dans cet article du « Point » dont j’ai extrait quelques passages est ce qui n’apparaît pas.

Comment chaque sujet avançant en âge se responsabilise(ra) et se projette(ra) dans ce nouveau temps de vie dû à la longue durée vitale. Il nous semble qu’il serait nécessaire, indispensable que chacun.e puisse prendre un temps pour réfléchir à pourquoi et comment il.elle veut vivre le dernier tiers de sa vie 30 ans / 90 ans et peut-être 35 ans / 105 ans et plus.

Nous aurions aimé lire : finalement et simplement, il revient dès maintenant à chacun de prendre un temps d’apprentissage pour élaborer un projet de retraite et de long vieillissement dans une société mondialisée où nous sommes toujours plus nombreux et plus âgés, un projet qui renforce les responsabilités de citoyens.es, les droits d’expression et de choix de modes, de conditions, d’environnement de vie, pour conserver bonne santé et autonomie.

Faute d’histoire en référence, nous ne savons faire des propositions qu’au travers du prisme de la dépendance et de son financement.
Encore en pleine forme, la génération du baby-boom n’a pas anticipé à quel point la croissance sans précédent du nombre de personnes âgées allait modifier en profondeur notre manière de vivre ensemble entre et avec quatre, cinq générations, avec la migration des populations pour causes politiques, économiques, sociales, culturelles, religieuses, écologiques, énergétiques…

Enfin j’aurais aimé lire : préparons ce temps de long vieillissement possible comme une nouvelle étape, dans un nouveau projet, une nouvelle carrière, le travail choisi, appris, compris et entrepris avec plaisir dans un développement personnel et collectif étant le meilleur « outil universel » pour retarder le vieillissement, pour poser un autre regard pour une autre relation d’envie de vivre dans les échanges de savoirs, d’expériences et de devenir.

 

Pierre Caro, retraité professionnel

Lettre au défenseur des droits

 

 

Monsieur  le  Défenseur  des  droits,

Vous  êtes  né  en  1941.
Vous  avez  donc,  à  quelques  semaines  près,  le  même  âge  que  moi,  âge  dont  vous  conviendrez,  au  moins  s’agissant   de  vous,  qu’il  n’est  pas  encore  trop  avancé,  celui-­‐ci  vous  autorisant  à  exercer  encore  une  activité  que  vous  devriez   normalement  pouvoir  poursuivre  jusqu’à  près  de  80  ans  et  dont  j’imagine  qu’elle  doit  être  rémunérée(1).
C’est  aussi  à  ce  titre  que  je  m’adresse  à  vous.
J’aimerai,  en  effet  connaître  votre  opinion  relative  à  l’une  des  réglementations  sociales  qui,  m’ayant  concerné  à  un   moment  de  mon  existence,  ont  déterminé  ma  situation  sociale  par  la  suite  et  jusqu’à  aujourd’hui.
Je  dois  toutefois  préciser,  dès  à  présent,  que  ce  n’est  pas  s’agissant  de  mon  cas  personnel  que  je  m’exprime  –  ma   vie  s’achève,  à  présent,  et  je  n’en  attends  plus  rien  pour  moi-­‐même  –,  mais  en  tant  que  citoyen  de  notre  pays,  qui,   peut-­‐être  en  raison  d’une  incapacité  constitutive  ou,  si  l’on  préfère  maladive,  s’est  toujours,  et  notamment  dans  le   cadre  de  mon  engagement  social  –  associatif  entre  autres  –,  insurgé  contre  toutes  les  formes  d’injustice,  d’autant   lorsque  celle-­‐ci  lui  paraissait  relever  d’une  logique  absurde  voire  imbécile,  en  tout  cas  incompréhensible  à  mes   yeux.
J’ajoute  que,  depuis  une  quinzaine  d’années  au  moins,  j’ai,  au  sujet  de  ces  réglementations,  interrogé  nombre  de   responsables  politiques  –  jusqu’au  “sommet  de  l’État”  –  et  acteurs  sociaux  de  notre  pays,  observateurs  et   commentateurs  des  “questions  sociales”,  médias  y  compris  (des  centaines  de  courriels  et  courriers  envoyés)  sans   que  ne  serait-­‐ce  qu’au  moins  l’un.e  d’entre  eux/elles  m’ait  fait  part  de  son  opinion  à  son  sujet,  participant  ainsi,  sans   doute,  et  avant  l’heure,  de  l’effort  actuel  pour  rétablir  la  “confiance  dans  la  vie  politique”  de  notre  pays(2).
Voici  donc  la  question  que  je  souhaitais  vous  poser  :
En  revenant  quelques  années  en  arrière,  qu’auriez-­‐vous  pensé  si,  lorsque  vous  avez,  comme  moi,  atteint  l’âge  de   60  ans,  et  en  supposant  que  votre  situation  sociale  ait  été  autre  que  ce  qu’elle  était  alors  vous  ayant  amené  pour   cela  à  être  légitimement  demandeur  d’un  “logement  social”  auprès  de  la  Ville  de  Paris(3),  vous  aviez  été,  en  raison   de  votre  âge,  “dirigé”  –  ou,  si  l’on  préfère,  “orienté”  –  par  les  instances  sociales,  vers  un  établissement  pour   “personnes  âgées”  et  si,  de  ce  fait,  en  raison  du  règlement  s’appliquant  à  cette  catégorie  de  logements  sociaux,  il   vous  ait  été,  dès  cet  âge  âge  –  qui  était  encore  moins  “avancé”  qu’aujourd’hui  –,  interdit  d’avoir  encore  une  activité   sociale  rémunérée  (“monétisée”,  comme  on  dit  aujourd’hui)  ?   Que  pensez  vous  de  cette  réglementation  qui  interdit  donc  à  certaines  catégories  de  retraités  –  et  des  plus  modestes  –  de  pouvoir  bénéficier  des  dispositions  actuelles  permettant  de  cumuler  emploi  et  retraite,  et  cela  en   raison  des  conditions  de  logement  “social”  dont  on  les  a  fait  relever  en  raison  de  leur  âge,  et  cela  donc  dès  60  ans   (Article  1er  du  règlement  de  fonctionnement  des  “résidences  -­‐  appartements”  du  Centre  d’action  sociale  de  la  ville   de  Paris,  18  décembre  2015,  p.  2/10)  ?
Que  pensez-­‐vous  de  la  logique  –  sociale,  politique,  morale  ou  tout  simplement  intellectuelle  –,  d’une  telle   réglementation  qui,  s’appliquant  spécifiquement  à  des  personnes,  sinon  pauvres,  du  moins  de  condition  modeste,   aboutit  ainsi  à  les  condamner  à  le  demeurer  pour  la  suite  de  leur  vie,  en  leur  interdisant  même  de  pouvoir  ne  serait-­‐ ce  qu’espérer  qu’il  puisse  leur  être  possible  de  l’être  un  peu  moins,  puisqu’elle  les  prive  même  du  droit  de  s’en   donner  la  possibilité  par  elles-­‐mêmes  et  sans  solliciter  quelque  assistance  de  la  collectivité  (“cancer  de  la  société   française”,  a  pu  dire  un  “acteur”  de  la  vie  politique)  ?
Une  telle  réglementation  n’est-­‐elle  pas  pour  le  moins  anachronique  à  l’heure  où  l’on  vient  de  relever  de  65  à  70   ans,  l’âge  jusqu’auquel  tout  salarié  du  secteur  privé,  le  souhaitant,  aura  la  possibilité  de  travailler  et  ne  pourra  être   mis  à  la  retraite  d’office,  où  l’on  a  envisagé  de  reporter  à  67  ans  l’âge  légal  du  départ  à  la  retraite  et  une   augmentation  de  la  durée  de  cotisation,  après  que  les  conditions  de  cumul  emploi-­‐retraite  ont  été  assouplies,   lorsque  sont  invoquées,  tout  à  la  fois,  et  “en  même  temps”,  l’aide  à  l’emploi  des  seniors,  des  mesures  de   discrimination  sociale  positive  pour  une  égalité  des  chances  (à  tous  les  âges  de  la  vie),  plus  de  justice  sociale,  la   liberté  du  travail…,  lorsque,  donc,  nombre  de  nos  concitoyens  vont  devoir  travailler  bien  au  delà  de  60  ans(4),   lorsque,  dans  la  conjoncture  actuelle,  de  plus  en  plus  de  retraités  doivent  reprendre  une  activité  d’appoint  pour   compléter  des  revenus  insuffisants  pour  vivre  correctement,  et  lorsque,  l’allongement  de  la  vie  entrainant  une   augmentation  du  risque  de  perte  d’autonomie  –  lié  notamment  à  l’augmentation  croissante  du  nombre  des   maladies  dégénératives  –,  les  situations  de  dépendance  et  leurs  conséquences  financières  doivent  être  envisagées   par  nombre  d’entre  nous  comme  devant  être  de  plus  en  plus  à  prévoir  au  terme  de  notre  existence(5).
Par  ailleurs,  que  penser  d’une  situation  qui  outre  qu’elle  amène  des  personnes,  qui  n’ont  pas  encore  atteint  un  âge   me  paraissant  tellement  “avancé”,  à  occuper  un  logement  dans  des  établissements  conçus  avant  tout,  me  semble-­‐ t-­‐il,  pour  des  personnes  beaucoup  plus  âgées,  dont  nombre  de  celles-­‐ci,  résidant  dans  un  logement  social  “normal”,   pourraient  plus  utilement  et  légitimement  bénéficier,  les  conduit,  ou  les  maintient,  hors  de  la  “vie  active”  alors  que,   si  elles  avaient  pu  poursuivre  une  activité,  même  réduite,  elles  auraient  pu  continuer  aussi  à  participer,  autrement   qu’en  en  étant  “bénéficiaire”,  à  un  système  de  solidarité  (désigné  du  si  joli  nom  d’”assurance  vieillesse”)  ?
En  me  permettant  d’espérer  que  vous  voudrez  bien  prêter  attention  à  ma  sollicitation  –  dont  je  redis  que  je  n’en   attends  rien  pour  moi  –  bien  qu’elle  émane  d’un  de  ceux  “qui  ne  sont  rien”  et  non  d’un  de  ceux  “qui  réussissent”,  je   vous  prie  d’agréer,  Monsieur  le  Défenseur  des  droits,  l’expression  de  ma  considération  citoyenne.

Bernard  Gibassier

NB Courrier adressé le 18 décembre 2017 à M. Jacques’TOUBON, Défenseur des droits
3 place Fontenoy. 75007’Paris.  Sans réponse.

1.  Il  y  a  quelques  années,  je  m’imaginais  que  les  fonctions  de  président  de  la  Haute  Autorité  de  Lutte  contre  les   Discriminations  et  pour  l’Egalité,  auquel  il  m’est  arrivé  de  m’adresser  –  sans  succès  –  étaient  des  fonctions  exercées  à  titre   bénévole.  Par  la  suite,  j’ai  appris  qu’il  n’en  était  rien,  ce  qui  m’a  rassuré  quant  à  la  situation  sociale  de  retraité  de  M.  Louis   SCHWEITZER  :  voici  une  naïveté  qui,  en  tout  cas,  ne  me  déshonore  pas).
2.  Je  dois  toutefois  faire  état  de  la  réponse  –  certes  rapide  :  un  mail  de  3  lignes  –  que,  durant  la  campagne  des  récentes   élections  municipales  à  Paris,  M.  Jean-­‐Louis  MISSIKA,  candidat  dans  le  XIIe  arrondissement  de  Paris  (et,  à  présent,  adjoint  à   la  maire  de  Paris),  m’a  adressée  en  m’exprimant  son  intention  [d’]“alerte[r]  Anne  Hidalgo  pour  faire  évoluer  cette   réglementation  [et  de  se]  renseigne[r]  auprès  de  la  Dases  pour  savoir  si  cela  relève  de  la  Ville  ou  de  la  loi  [,  estimant  qu’]  Il   est  absurde  de  lier  un  accès  à  un  logement  à  une  interdiction  de  travailler”,  mais,  aujourd’hui,  cette  campagne  électorale   est  loin  de  nous  et,  comme  vous  êtes  bien  placé  pour  le  savoir,  une  fois  les  élections  passées,  les  personnalités  politiques   ne  se  voient  plus  de  la  même  façon  et  les  intentions  comme  les  engagements…

3.  dans  mon  cas,  ce  fut  suite  à  une  expulsion  consécutive  à  la  mise  en  vente  du  logement  que  j’occupais  et  dont  je  n’ai  pu   me  porter  acquéreur.
4.  Si  60  ans  est  l’âge  qui  est  encore  utilisé  par  l’OMS  pour  définir  une  “personne  âgée”  –  notion  devenue  pourtant  relative  à   notre  époque  et  dans  nos  sociétés  “développées”  –  et  continue  d’être  une  référence  (un  âge  totem)  pour  nombre   d’instances  sociales,  comme  étant,  ou  devant  être,  l’âge  de  la  fin  de  la  “vie  active”,  l’âge  moyen  de  départ  à  la  retraite  des   pays  européens  se  situe  déjà  au  delà  et  va  encore  reculer  dans  les  années  qui  viennent.     Par  ailleurs,  dans  la  plupart  de  nos  pays,  nombre  de  retraités  poursuivent  une  activité.
En  Allemagne,  pays  souvent  cité  pour  sa  politique  de  l’emploi  et  la  “santé  florissante”  de  son  économie,  le  taux  d’activité   des  60-­‐65  ans  est  à  un  niveau  record  et  plus  de  900  000  retraités  sont  actuellement  obligés  de  travailler  pour  compléter   leur  faible  pension  (En  2011,  on  pouvait  lire  qu’une  étude  de  l’OCDE,  prévoyait  que  “10  %  des  retraités  allemands  vivraient   sous  le  seuil  de  pauvreté  d’ici  à  vingt  ans”).
En  France,  une  étude  de  la  CNAV,  indiquait  que  le  nombre  de  retraités  ayant  eu  une  activité  salariée  entre  2006  et  2008   avait  augmenté  de  50  %,  un  grand  nombre  d’entre  eux  étant  des  personnes  s’étant  retrouvées  à  la  retraite  avec  des  revenus   faibles  et  continuant  donc  à  travailler  par  nécessité.
5.  il  suffit  de  rapporter  le  montant  mensuel  des  retraites  de  certains  de  nos  concitoyens  au  coût  moyen  mensuel  d’un   placement  (un  “séjour”)  en  Ehpad  pour  comprendre  dans  quelle  situation  ceux-­‐ci  peuvent  se  retrouver  si  aucune  autre   solution  ne  peut  être  envisagée,  par  eux  ou  pour  eux,  en  cas  de  perte  d’autonomie  et  s’ils  n’ont  d’autres  ressources  que   leurs  retraites.

Cesser de travailler  

Qu’est-ce qui fait limite à la durée de travail chez l’humain ? Comment se décide cette fin d’activité de travail ? Le ressort de cette décision,  individuelle ou collective, n’est pas sans effet  lorsque le sujet affronte l’épreuve de son propre vieillissement.

Un nouveau détour par le « Malaise dans la culture »pour préciser ce qu’est l’action de la civilisation, de la société, de la Kultur au sens freudien. Deux grandes fonctions lui sont attribuées, « la protection de l’homme contre la nature et la réglementation des relations des hommes entre eux ». Freud insiste particulièrement sur l’objectif de maîtriser l’agressivité entre les hommes.

Cette agressivité se saisit de toute  possibilité qui s’offre à l’humain, comme une tentation, d’exploiter un autre humain notamment dans le champ du travail. Les conventions collectives, les délimitations sociales, sont alors les règles du jeu, de ces « jeux de société ». Ainsi, les acquis sociaux, telle la durée du temps de travail, sont le résultat de luttes frontales, d’intérêts qui divergent, entre l’efficacité, la rentabilité productiviste, l’exploitation de la force humaine d’un côté et de l’autre, la protection des individus. La limite est fixée pour tous, elle s’impose à tous, quelque soit l’investissement de chacun. Pour certains, la retraite est le début de quelque chose, pour d’autres c’est la fin de quelque chose. Les projections fantasmatiques ici sont grandes. Il était dit récemment qu’un gain de civilisation était de travailler moins et moins longtemps. Est-ce certain pour tous ?

La liberté individuelle n’est pas un bien de culture ; Il s’agit même de deux forces antagonistes par nature. Historiquement, limiter la durée de travail, castration symbolique, visait à protéger des individus de l’agressivité, de l’exploitation par d’autres, et portait en contrepartie dans le fil droit de cette logique inhibitrice, par conséquent égalitariste, l’interdiction pour tel autre individu de travailler au delà.

On ne cesse de tourner autour de ça : la loi qui protège est tout autant la loi qui entrave « cette poussée à la liberté ». Concrètement, plus une activité est inscrite socialement, collectivement, plus les conditions de  sa cessation sont fixées pour tous. Pour le bonheur ou le malheur des uns et des autres? Cette question n’est pas précisée dans les conventions.

En revanche, il existe un certain nombre de professions dont la durée de travail, l’âge de la retraite ne sont pas ou très peu fixés par la communauté. La poursuite du travail est de l’ordre d’une nécessité économique, et/ou d’une autre nécessité, psychique. Cette dimension « libérale » pose le rapport à la limite ; c’est même la question centrale dans la doctrine du libéralisme, mais ceci demanderait  un autre débat.

Qu’est-ce qui fera limite, si ce n’est la société? Eh bien, nous retrouvons les trois facteurs cause de souffrance humaine et contre lesquels la culture tend son dispositif protecteur. Le plus souvent le corps qui s’use alerte, signale ou pire s’effondre littéralement. La deuxième menace, les éléments naturels puissants et imprévisibles le sont nettement moins dans nos  contrées occidentales. Enfin brutales ou plus sophistiquées, des relations interhumaines peu civilisées, saturées de rivalité, facteur d’inimitié et d’isolement sont à l’œuvre, notamment envers les sujets vieillissants, dans un registre de ségrégation.

Le contrat est clair : renoncer à une part de bonheur pour une part de sécurité ou bien l’inverse.

L’être humain (re)cherche des objets à investir, toute sa vie. Ces objets, source de satisfactions, il n’y renonce pas aisément car ils constituent des points d’accroche dans son existence, à un tel point que pour certains hommes, mettre fin à sa pratique, c’est quasiment mettre fin à ses jours.

 

José Polard

Aimer travailler

Freud, en note de bas de page, a cette formule éclairante tout autant qu’énigmatique. « L’activité professionnelle procure une satisfaction particulière quand elle est librement choisie, donc qu’elle permet de rendre utilisables par sublimation des penchants existants, des motions pulsionnelles poursuivies ou constitutionnellement renforcées».

Que la sublimation soit un élément caractéristique majeur de cet investissement libidinal de travail ne nous étonne pas. Toutes les composantes pulsionnelles, libidinales, narcissiques agressives et même érotiques peuvent être ainsi investies, sublimées après changement du but initial, déplacement sur un objet autre que premier, et par le prisme d’un idéal du Moi, désexualisées, rendues acceptables psychiquement et profitables à l’environnement social et culturel. Dans des registres aussi divers qu’intellectuels, artistiques, d’action ou d’entreprendre, il s’agit alors bien plus qu’une profession mais bien d’amour du travail.

Mais, qu’est-ce qu’une activité professionnelle librement choisie ? Question d’autant plus intéressante puisque cela semble conditionner les possibilités de sublimation. Au-delà de l’idée d’évitement d’une contrainte (interne, externe ?), ce libre choix freudien traduit l’acceptation profonde, par un sujet, de ce « destin ».

Pourtant, une caractéristique très fréquente lors de ces investissements professionnels forts n’est pas précisée par Freud : la contingence du choix de l’objet/travail. C’est la révélation par l’expérience qui crée les conditions de cet investissement psychique, et favorise cet accrochage pulsionnel, accrochage qui peut se nommer rencontre. Mais pour mieux comprendre cette idée  d’« activité professionnelle librement choisie », il faut prendre en compte un temps premier, incontournable : le processus que Winnicott appelle créativité primaire. Cet objet professionnel, ce champ d’activité tellement investi, prenant et satisfaisant, et pour lequel un renoncement est souvent déchirant, est dès son origine trouvé/créé. Une mise en acte de l’illusion primaire (avec son versant nécessaire de désillusion) se renouvelle et permet de « croire » qu’il est possible d’orienter la réalité, par la pensée, l’imagination créatrice, l’action. Un geste, émanation du self, un mouvement de créativité qui déclenche les possibilités de sublimation.

La grande difficulté, d’ailleurs, avec le vieillissement et son cortège de limitations, de pertes est de maintenir ces possibilités de vie créative, autrement un sentiment de futilité de l’existence, d’une vie qui n’en vaut plus le coup guette et envahit.

Conséquence logique, cet amour d’un travail si satisfaisant rend ces sujets, « ces prisonniers du boulot », comme dit la chanson, dépendants de lui, les expose à une grande souffrance lorsqu’il vient à cesser et à disparaître, s’il n’existe pas d’investissements autres suffisamment puissants.

Certes, nous savons que la libido possède la capacité, facteur de souplesse, de se déplacer d’un investissement à l’autre. Mais cette dimension plastique dépend des capacités de réinvestissement d’objet qui se réduisent avec l’âge ce qui rend les possibilités de frayages nouveaux, plus difficiles. Et puis les circuits de fonctionnement psychique s’automatisent à l’usage, se formatent, facteurs de court circuit, donc de décharges facilitées.

Quelles seront les autres possibilités de réinvestissement, pour le sujet, de relance désirante ? Questions cruciales que l’on retrouve fréquemment dans la clinique du vieillissement.

Fort logiquement, en fonction de l’investissement psychique du travail, les enjeux de la fin de l’activité professionnelle, couplés bien souvent à ceux du vieillissement, appellent à des remaniements profonds.

Osons la caricature ! Pour les uns, après la retraite, la vie commence presque…Pour les autres, cesser de travailler, c’est cesser de vivre

NB: à suivre, demain: « Cesser de travailler »

José Polard

Travailler: quels enjeux psychiques?

En ce début de XXI° siècle, la retraite fait débat et la durée de travail se négocie durement, on légifère à propos de la place et l’emploi (problématique) des « seniors ». Pourtant, certains humains, en vieillissant, n’envisagent pas de cesser leur activité professionnelle mais bien au contraire désirent la poursuivre. En somme, les uns courent à la retraite et la limite à leur durée de travail, objet d’intenses négociations, est posée par les institutions. Les autres devront fixer leur propre limite, renoncer à ces satisfactions professionnelles, non sans certaines difficultés.

Alors, quelle place, quelle fonction le travail occupe- t- il chez l’homme? Quelles sont les conditions qui le rendent pour certains si attrayants ? Comment met-on un terme à son activité professionnelle, et notamment quand elle est passionnante ?

Travailler.

Freud attribue au travail une place centrale dans l’existence humaine ; il constitue d’ailleurs avec le domaine de l’amour, un des deux buts attribués à la cure de psychanalyse. Pourtant d’un individu à l’autre, cette place et l’investissement qui la sous-tend ne sont pas identiques. Certains humains ont un rapport de contrainte au travail et en souffrent ; d’autres à l’inverse y trouvent un plaisir intense, évident et s’épanouissent; entre les deux extrêmes, de nombreuses situations intermédiaires. Sans oublier, bien sûr, les sans-travail pour qui cette absence pèse douloureusement sur leur existence.

Dans la perspective freudienne, le travail est une des techniques humaines de lutte contre la souffrance, et peut même susciter plaisir et jouissance. Mais resituons le propos. L’être humain au cours de son existence craint trois menaces, trois grandes causes de souffrance. Le corps d’abord, cette « formation passagère »peut faire douloureusement défaut ; la nature ensuite dont la puissance est cause de tant de catastrophes ; les relations entre les hommes enfin, qui sont toujours en danger de se détériorer en raison de l’agressivité, de la destructivité intrinsèque à l’humain.

Freud, en quelques annotations dans «Le malaise dans la culture([1]) », trace quelques pistes à propos de « la significativité du travail pour l’économie de la libido » : « Aucune autre technique pour conduire sa vie ne lie aussi solidement l’individu à la réalité que l’accent mis sur le travail, qui l’insère sûrement tout au moins dans un morceau de la réalité, la communauté humaine »(…) « La possibilité de déplacer une forte proportion de composantes libidinales, composantes narcissiques, agressives et même érotiques, sur le travail professionnel et sur les relations humaines qui s’y rattachent, confère à celui-ci une valeur qui ne le cède en rien à son indispensabilité pour chacun aux fins d’affirmer et de justifier son existence dans la société ». Qu’ajouter de plus ?

Pourtant cette « technique de vie » de lutte contre la souffrance est inégalement utilisée et investie. Pour un grand nombre (la majorité ?), le rapport au travail est de stricte nécessité, pas pensé, ni perçu comme une voie vers le bonheur ; Il n’apporte alors que peu de satisfaction. Pour ceux-là, Freud préconise qu’ils lui octroient « la place assignée par le sage conseil de Voltaire » : cultiver son jardin. Faire ce qui doit être fait et dans le meilleur des cas, saisir les possibilités de satisfactions, mêmes minimes. Pas ou peu d’investissement libidinal, mais plutôt d’auto-conservation, littéralement un gagne-pain. Le principe de réalité, avant tout ; l’accepter sans s’y soumettre excessivement, tel est l’horizon.

Ici, le travail de civilisation est un puissant moteur d’aménagements qui aident à rendre cette réalité supportable, avec ses inévitables rapports de force, conflits de travail, avancées sociales, etc.

NB à suivre demain »Aimer travailler »

José Polard

[1] Freud S., Le malaise dans la culture PUF 1995

Pourquoi « s’occuper » ne suffit plus !

f_172Quel rôle, quelle place pour un retraité impliqué dans un monde complexe et une société mondiale ?

Si nous sommes toujours plus nombreux à vivre plus âgés dans cette société mondiale, nous n’avons aucune référence historique d’une vie à mener en bonne santé, de plus en plus longue et à partager entre quatre, cinq voire six générations !

C’est ma situation. J’ai 78 ans.

« Le besoin de se divertir viendrait de l’habitude de travailler » Nietzsche

Voyager, découvrir le monde, rencontrer de nouvelles personnes, apprendre le violon, le grec, le jardinage, le vol à voile, s’abonner à la salle de gym… « Pour se reposer » de quarante années de carrière, c’est un choix possible et somme toute personnel; voire individualiste… même s’il est pratiqué avec d’autres personnes.

Regardons de plus près le vieillissement à partir des chiffres de l’Insee (arrondis) en France. Une grande majorité des octogénaires de 2016 déclare se sentir plus jeunes que leurs parents soixantenaires. Lesquels se sentaient vieux en 1960, à 60 ans atteints…Ils représentaient alors 18 % de la population soit 7,6 millions.

En 2015 les plus de 80 ans représentent 9 % de la population, soit 5,8 millions.

Bref, 1,8 millions de vieux en moins puisque il y a de plus en plus d’âgés qui ne se sentent pas vieux. Je suis clair ?

Actuellement, 10 millions ont entre 60 ans et 80 ans. Nous les supposons en bonne santé. Ce sont ces 20 années qui nous intéressent.

Que font/feront ces 10 millions de retraités, qui ne s’estiment pas si vieux ? [1]

Les déclinistes déclarent que le vieillissement des populations affaiblit les registres économiques et sociaux de la nation, ce qui associe l’idée de la vieillesse à celle d’une décadence individuelle et collective, et en plus, coûteuse ! Nous considérons que l’engagement dans un projet de retraite personnel et collectif construit, peut pallier, contre- balancer, au moins en partie, ces projections sombres?

Voici 20 ans, en entrant en situation de retraite, avant de me précipiter vers des distractions, j’ai entrepris 3 années d’apprentissage à l’Université, comme je l’avais fait pour préparer ma première carrière.

J’envisageai cette nouvelle étape, de 30, 40 ans et plus, comme une opportunité d’une nouvelle carrière en continuant, parallèlement, les activités familiales, amicales, d’engagements associatifs et de loisirs, tout comme je l’avais fait durant ces 40 années passées à travailler..

Ce temps d’apprentissage pour cette nouvelle étape en situation de retraite, m’a permis de « trier » les connaissances et expériences « utiles », de faire un point sur mes ignorances pour les décennies prochaines. Jusqu’à ce jour cette démarche semble bien fonctionner

Comme d’autres dans cette même situation, je me suis inventé une profession : chercheur autodidacte-artisan, avec cette spécialité : l’élaboration d’un projet de retraite et de maîtrise du vieillissement.

Pourquoi le terme d’ « artisan » ? Je voulais expérimenter mes idées dans le concret en animant ou participant à des rencontres citoyennes, à des projets de formations et d’accompagnements sur le thème « Apprendre à bien vieillir, longtemps ».

Pourquoi « retraité professionnel » ?

Réponse simple, j’avais durant 40 années, été un professionnel heureux, connu et reconnu pour quelques compétences spécifiques, appartenant ainsi à la communauté du monde du travail.

Il m’a semblé logique de continuer ce que je trouvais agréable et qui, m’avait permis de construire une vie de citoyen et de chef de famille responsable. D’autant plus essentiel dans une société où le travail est difficile, parfois déconsidéré parce que mal compris ou mal accepté.

Vous avez dit retraite ? Alors qu’il y a tant d’autres humains préoccupants. Alors qu’il y a tant de problèmes qui nécessitent de construire des réponses sérieuses, éthiques, responsables et pérennes. Alors qu’il nous faut apprendre à vivre, à être et faire ensemble maintenant que se côtoient quatre, cinq générations.

Nul n’ignore l’importance du travail comme facteur de citoyenneté et de dignité sociale (les chômeurs en savent quelque chose !). N’étant plus « encadré » dans un travail, quels que soient le secteur d’activité et le niveau hiérarchique, le retraité doit s’ouvrir l’esprit sur un village mondial où se traitent des questions de conflits, de misère, de faim, de manque d’eau potable, de destruction des environnements, de pollutions, de transports, d’éducation et de formation… sans aller bien loin, d’ailleurs, souvent sur son propre territoire, à sa porte.

S’il se donne les moyens et capacités d’évoluer par l’apprentissage tout au long de cette période de vie, il pourra alors décider de son activité, de son rôle et de sa place dans la société.

Car sinon…

Sinon le retraité se sentant désinvesti de ces valeurs de réussites personnelles et professionnelles, se met en danger par la perte d’un statut, la privation de son rôle social, et la fin de ces groupes de pairs, formé par les collègues de travail. Sinon il perd ses repères sociaux, se désengage, atrophiant une bonne part de ses capacités et moyens, de moins en moins sollicités.

Le terme « retraité professionnel » est né en 1998, de cette prise de conscience du rôle et de la place que nous avions à assurer aujourd’hui, pour demain comme une avant- garde des générations futures.

Alfred Sauvy, déclarait en 1974, au Comité de la population des Nations Unies « l’agression de l’environnement est moins une question de « surnombre » qu’une question de mode de vie… et maintenir une structure par âge plus jeune, est un facteur de progrès et de dynamisme »

Ne pas en tenir compte nous condamne tous.

 

Pierre Caro

Retraité professionnel, Chercheur auto-didacte artisan: retraite et vieillissement

 

 

[1] L’étape suivante des 90, 100 ans et plus, nous l’envisagerons d’une manière plus sage puisque nous aurons 20 années de savoirs et d’expériences… en plus.

Les anciens, une chance pour le climat 

terre-planete-fragile-Nous animons un petit groupe  de retraités, entrecroisant réflexions et actions, avec deux partenaires, La Fondation Charles Léopold Mayer[1] et le Gérontopole des Pays de Loire[2].

 

Notre intérêt? Les conséquences de l’allongement de l’espérance de vie dans une société mondiale où nous sommes toujours plus nombreux et plus âgés
La rencontre internationale Climat Chance Nantes[3], nous est apparue comme une opportunité pour faire connaître les situations parfois bien particulières des personnes âgées -elles représentent presque la moitié des électeurs entre 18 et 59 ans (24 % – 51%)- face aux conséquences des changements climatiques ; mais aussi d’évoquer la responsabilité des âgés dans leurs modes de vie, leurs comportements, les choix de consommation et de leur environnement.

Ces seuls constats nous obligent, c’est notre postulat et celui de la COP21,  à des politiques nouvelles pour répondre à des conditions de vie souhaitées ou imposées (santé, habitat, transports, loisirs, environnements… ) face aux migrations nationales (climat plus doux, proximité familiale, retour au lieu de naissance…) et particulièrement à celles des personnes âgées des pays situés dans des zones de transformations climatiques (température, tornades, sécheresses …) et obligées de fuir pour survivre.

Une politique nouvelle pour l’harmonisation des relations dans le partage des emplois entre deux, trois jeunes générations pour réaliser une carrière professionnelle avec les retraités assurés d’une pension… mais de plus en plus contraints à trouver un nouvel emploi (pension trop faible, retraite incomplète, retour au domicile des enfants en perte d’emploi, contribution aux coûts des études des petits-enfants…).
Des zones de productions vont devoir changer de région, déplaçant ainsi les emplois ; dans cette logique, les aînés éprouveront quelques difficultés pour quitter leur lieu de vie à la veille de leur vieillesse.

Une politique nouvelle nécessitant des formations aux nouvelles professions (productions moins polluantes en CO2, engrais, pesticides, alimentations humaine et animale), qui ne seront plus transmises par les expériences et connaissances des aînés, mais par des assistants numériques robotisés… Que deviendront leurs savoirs, leurs expériences ? Engloutis dans la modernité ? Et s’ils ont la nécessité d’une reconversion (licenciement après 50 ans) ou le besoin d’un complément de travail durant leur retraite, on imagine les difficultés d’insertion.

Une politique nouvelle de responsabilité[4] des personnes âgées. Nous sommes, ceux en retraite depuis les années 1980, la première génération à vivre 20, 30 ans et plus, en situation de retraite.

Nous n’avons pas, à notre disposition, de modèles historiques de sociétés où se cotoient quatre, cinq générations, dont deux, voire trois simultanément en situation de retraite (la plupart des jeunes retraités ont leurs parents, et de plus en plus leurs grands-parents) ; une société où les plus de 60 ans représentent quasiment la moitié des électeurs en France, mais aussi des consommateurs ! Quelques chiffres : 13 millions actuellement soit 24 % de la population aujourd’hui et plus de 23 millions en 2060…

Une part des difficultés actuelles de la société est due à nos politiques d’après-guerre où il fallait reconstruire et jouir, c’est-à-dire consommer,  dans une course au toujours plus, alimentée par les progrès des sciences et des technologies.

Nous, retraités, avons à écrire cette histoire à travers nos engagements personnels et collectifs.
Nous le pourrons si nous demeurerons connus et reconnus par nos qualités professionnelles dans des activités bénévoles ou non, lucratives ou non, quels que soient la profession, le secteur d’activité, le niveau hiérarchique.
C’est pourquoi nous défendons la qualification de « retraité (e) professionnel (le) », si possible virtuose, qui fait bien ce que les autres ne peuvent ou ne veulent pas faire. Il nous semble que c’est aussi le rôle et la place des aînés, recevant pension sans obligation de produire, d’oser pour accompagner les plus jeunes, sans risquer la sanction d’un licenciement.
Nous souhaitons demeurer attractifs en continuant de nous intéresser à la vie de la société, à travailler pour en changer certaines règles, afin de partager pour construire la paix et le bonheur[5] dans un long vieillissement en bonne santé.
Enfin, nous considérons avoir une responsabilité spécifique en accompagnant les personnes malades ou handicapées, ne serait-ce que par notre seule présence. Car comment prétendre développer la santé si nous sommes ignorants de ceux qui souffrent ?

 

Pierre Caro

[1] La Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme (fph) est une fondation de droit suisse. Elle veut contribuer à l’émergence d’une communauté mondiale et intervient dans les champs de la gouvernance, de l’éthique et des modes de vie durables.

[2] http://www.gerontopole-paysdelaloire.fr/

[3] Climat chance, rencontre internationale à Nantes, 26/28 septembre 2016

[4] Bien différente de la culpabilisation actuelle suite au discours ambiant sur le coût du vieillissement…

[5] Sans méconnaitre les réalités humaines complexes…